• Arc-en-ciel

    La pluie. Les pluies. Partout sur le monde.
    Un vrai déluge!
    Non mais il se prend pour quoi le ciel? Ah! mais c'est vrai! C'est parce qu'il fait trop chaud...

     

    La pluie. Les pluies. Partout sur le monde.
    On sent que les torrents débordent. On se dit que le désert doit en avoir bien besoin, de toute cette eau!
    Nous qui nous plaignons de sécheresse! Et bien, nous voilà ravis.

     

    La pluie. Les pluies. Partout sur le monde.
    Les hommes sortent les bateaux des entrepôts. Et c'est une ribambelle qui se met à flotter sur les cours d'eau.
    C'est beau. Surtout la nuit.

     

    La pluie. Les pluie. Partout sur le monde.
    On charge les zoo sur des navires spéciaux. On vit sur l'eau, maintenant. Sur l'eau et plus sur la terre. La terre est molle, la terre ruisselle, la terre s'effondre en torrents de boue.
    Pourquoi aller en Thalasso?

     

    La pluie. Les pluies. Partout sur le monde.
    Maintenant les hautes terres commencent à chercher des navires, de quoi évacuer la population qui s'y croyait jusqu'alors en sûreté.
    Les immeubles se vident. D'autres se remplissent sur ces immenses cargos qui s'élèvent avec le niveau des mers.

     

    La pluie. Les pluies. Partout sur le monde.
    Que feront-ils quand même le kérosène viendra à manquer?
    J'ai un bateau à voiles. Et je navigue entre les îles. C'est tout ce qu'il reste du monde maintenant : des îles. J'aime bien cet état de choses. Voir la mer à perte de vue. Naviguer sans destination entre ses nombreux bras d'eau douce. 

     

    La pluie. Les pluies. Partout sur le monde.
    Ma fille vient de naître. Sous un orage. Encore.
    Elle s'appelle Abyss. C'est un hommage à l'océan.
    Son père, je l'ai rencontré sur un village flottant. Je m'étais blessée en essayant de maintenir le cap vers le sommet des Alpes. Tout le monde l'appelait Doc; j'ai dit Cal (c'est ainsi qu'il se désigne) et il m'a suivit sur ma barque.
    Des orages ce n'est pas ce qui manque. J'ai finalement atteint les îles des Alpes, sauf que nous étions trois.
    On trouve vraiment de moins en moins de terre de ce côté du monde. 

     

    La pluie. Les pluies. Partout sur le monde.
    Je vis avec ma fille sur un îlot des Alpes. Son père part vers les autres îles tous les jours, pour voir si quelqu'un à besoin de son aide. C'est si rare un vrai médecin par les temps qui courent. La plupart du temps il faut attendre l'arrivée de la Patrouille Sanitaire. Mais ceux-là sont des incapables. Ils préfèrent mesurer l'évolution des océans que de soigner ceux qui ont vraiment besoin d'eux. 

     

    Il ne pleut plus. Plus une goutte d'eau. Depuis des mois.
    Il y a une source sur notre îlot. Plusieurs, en fait, mais je dois m'occuper d'Abyss et de Storm et je n'ai pas encore eu le temps de faire le tour de l'île. Storm. Mon fils. Ses yeux me font penser à la couleur du ciel avant l'orage. Quand il y avait encore des orages...
    Nous avions trouvé quelques chèvres, mais elles ont mal tenu le dernier hiver.
    Hiver...je ne pensais pas réemployer ce mot avant longtemps, pourtant il faut admettre que le temps rafraîchit. Au moins je n'ai plus peur que les moustiques se jettent sur nous.

     

    Il ne pleut pas. Pas une goutte d'eau. Depuis plusieurs années.
    La Patrouille Sanitaire est passée il y a quelques jours. Ils nous ont demandé de les suivre. Ils voulaient Doc dans leur rangs. Je n'ai pas voulu. Il a dit: des gens qui ont besoin d'aide il y en a partout sur les Alpes. Il n'a pas envie de les suivre.
    La Patrouille a dit aussi que l'océan ne montait plus. Mais personne n'avait eu besoin d'eux pour le savoir. Nous n'avons pas changé de campement depuis la naissance de Storm.

     

    Il ne pleut pas. Pas une goûte d'eau. Depuis plusieurs années.
    Cal fait toujours le tour des îles. Il ramène à manger. Autre chose que le poison que les enfants vont pêcher dans le torrent. On trouve de moins en moins de fruits. Les terres sont sèches là où le sol n'est pas irrigué. J'attends un autre enfant, encore. Bird est arrivée entre temps. Beaucoup d'oiseaux s'arrêtent sur notre île, et nous nous servons dans leur nids, parfois. C'est en leur honneur que j'ai baptisé ma seconde fille ainsi. Mais pour le prochain, je ne sais pas...

     

    Le temps s'humidifie enfin. Il pleut partout, à petites doses. Cependant le soleil reste toujours à l'horizon.
    Il a plu ce matin! Une lourde et fraîche averse!  La terre s'est rechargé de pluie. Gorgée d'eau. Les enfants ont bu tout leur saoul. Storm et Bird ont vu la pluie pour la première fois de leur vie. Et le dernier est né cette nuit. Quand je suis enfin sortie de la cabane, l'après-midi, les enfants m'ont dit de venir voir. Je ne m'étais pas aperçue de l'averse. Cal et Abyss me l'avaient dit, mais je ne pensais qu'à mon fils. Quand les enfants m'ont appelée je suis sortie avec lui dans les bras, soutenue par l'épaule de Cal. Les gamins dansaient sous la pluie. Celle-ci était douce. Fraîche. Revigorante. La plus belle pluie que qu'il m'eut été donné de voir. Le soleil jouait avec elle. Et, lorsque j'ai relevé la tête, les gouttes sont venues rafraîchir le visage infantile de mon fils, qui a ouvert les yeux en poussant une exclamation. Il s'appelle Rainbow.