• Le Matin

    Une plume qui tombe lentement vers l’eau laisse apparaître à son contact de larges cercles bleus. La lueur frémissante de l’aube se reflète sur les flots, scintille sur la crête des cercles concentriques qui s’élargissent dans le levant. Les frileuses feuilles des arbres plantés là comme des colonnes dorées frissonnent un instant sous le souffle tiède du vent. Les herbes bruissent. Au cœur de ce creux de feuillage, dans une alcôve digne des plus belles constructions de cet être de pierre qu’on appelle l'Homme, un oisillon s’éveille. Il entonne son chant, et la nature s’anime, se parant des couleurs du soleil. Chaque être minuscule étend ses ailes, ouvre ses yeux ; tout fourmille dans le jour naissant.

    « Avec de l'encre sur les doigtsVent et Ciel »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :